ValFrancilia/Ballanger

CHIMIREC, DE DUGNY À AULNAY : BILAN D’UNE VISITE

Vendredi 25 septembre, Le bureau d’Aulnay Environnement s’est rendu sur le site CHIMIREC de Dugny à l’invitation de l’entreprise. Cette invitation était bienvenue, étant donnée l’inquiétude suscitée par l’arrivée à Aulnay d’une entreprise spécialisée dans le retraitement des déchets dangereux, avec une information très tardive et minimaliste de la municipalité. 

Nous avons été sensibles à la courtoisie de l’accueil et à la considération dont nous avons bénéficié, en tant qu’association représentative, ouverte à la discussion constructive dans le respect de chacun. Une attitude à laquelle malheureusement l’équipe municipale semble avoir renoncé.

De cette visite, nous attendions la réponse à quelques questions :

  • Quels sont les rapports de CHIMIREC, spécialisée dans le retraitement des déchets, et de FIFTY, créateur d’un site de logistique ?
  • Pourquoi CHIMIREC, un temps concerné par la directive SEVESO, ne l’est maintenant plus (ainsi que nous l’avions déjà indiqué) ? Comment est jugulée la dangerosité des produits collectés ?

Nous pouvions imaginer que la présence de deux entités distinctes pouvait être un moyen de rendre moins visibles les risques environnementaux en répartissant les activités de transport de produits dangereux entre les deux sociétés. On nous a assuré que les deux sociétés n’avaient aucun lien fonctionnel, et qu’aucun camion de déchets n’avait vocation à transiter par les entrepôts Fifty, ce qui nous a paru parfaitement crédible, vu les procédures liées à ce type de transport. Fifty ne serait qu’un aménageur ayant apporté le terrain répondant aux besoins de CHIMIREC. 

Nous avons eu quelques éclaircissements sur le classement SEVESO, effectif pour CHIMIREC (seuil bas) en 2010, principalement sur le chapitre des eaux souillées. Une amélioration des analyses et des procédés a permis à CHIMIREC de sortir en 2015 du classement SEVESO. L’intention de l’entreprise étant de faire de l’établissement d’Aulnay un modèle du genre, nous ne pensons pas qu’il puisse être de son intérêt de courir le risque de revenir en arrière. A noter que le site d’Aulnay serait exclusivement voué à la collecte et au tri, sans aucun traitement ni incinération. L’entreprise fonctionne ainsi sur un maillage d’une trentaine de sites répartis sur le territoire, dont quelques-uns seulement assurent un traitement des déchets, la majorité assurant la collecte. C’est le cas du site de Dugny, déjà ancien. Le risque principal étant une combustion spontanée, qui peut être contenue dans un premier temps à l’intérieur d’une alvéole résistante au feu, le transfert à Aulnay permettra une modernisation, en rassemblant toute l’activité de tri des différents produits dans un espace unique entièrement fermé, ce qui est un gage de sécurité supplémentaire.

Nous pouvons donc avoir le sentiment que tout est fait pour assurer la sécurité du site et de son environnement.

Mais il reste qu’il s’agit de transport et de manutention de produits dangereux, activité incompatible avec un projet urbain de 2000 à 3000 logements tel que Val Francilia, ainsi que s’en inquiète l’autorité environnementale.

(l’usine de Dugny ne partage pas son accès avec la zone pavillonnaire dont elle n’est limitrophe que sur un côté.)

En revanche, nous n’avons eu aucune réponse sur deux questions essentielles :

  • L’augmentation du trafic routier, déjà fortement congestionné
  • La compatibilité de cette activité avec la proximité des logements de Val Francilia, mise en cause par l’autorité environnementale

 L’entreprise n’a pas pu nous donner d’informations sur les impacts du trafic supplémentaire créé par le cumul de son activité et de celle de la plate-forme logistique Fifty, qui n’a pas été évalué globalement. Une voie d’accès est prévue, mais on ne sait rien de ses conditions de réalisation. On peut imaginer le chaos que créerait le trafic supplémentaire apporté par les habitants de Val Francilia, empruntant les mêmes voies que les camions de CHIMIREC et celui des entreprises de logistique, déjà présentes ou à venir.

Surtout, nous ne savons rien de l’avenir du projet urbain « Val Francilia », limitrophe de l’usine, et dont l’autorité environnementale a souligné l’incompatibilité avec ce type d’activité industrielle. Si CHIMIREC fait un gros effort de communication, le silence de la Municipalité d’Aulnay est assourdissant, autant que celui de la société FIFTY à laquelle nous avons écrit et qui nous a renvoyés aux documents de l’enquête publique.

IL EST TEMPS QUE LA MUNICIPALITÉ ORGANISE AVEC FIFTY UNE RÉUNION PUBLIQUE !

En conclusion, nous voyons comme un signe positif l’arrivée d’activités économiques, car nous considérons que le site de PSA doit rester entièrement voué à ces activités. Si l’arrivée de CHIMIREC et de FIFTY signifie l’abandon du projet d’urbanisation de ce site (et d’une partie du parc Ballanger), nous ne pouvons pas y être hostiles, d’autant que la chaîne de traitement des déchets assurée par cette entreprise nous apparait comme un élément important d’une politique de protection de l’environnement.

À CONDITION QUE LES HABITATIONS ET LES ÉCOLES RESTENT COMME AUJOURD’HUI À DISTANCE RESPECTABLE.

ValFrancilia/Ballanger

DE L’UTILITÉ DE MONAULNAY.COM ET EN GÉNÉRAL, DES BLOGS

Un article (fort intéressant) paru il y a quelques temps sur Aulnaycap s’interrogeait sur l’utilité des blogs. Pour nous, il n’y a jamais eu aucun doute, la Mairie vient d’en donner une éloquente démonstration.

Nous avons beau envoyer des courriers à notre Maire, toujours recommandés, ils ne reçoivent plus jamais de réponse. Le dernier en date portait sur le sort du chêne multiséculaire de l’ex-Centre Le Camus, devenu la propriété  du promoteur favori de notre premier édile. Ni l’importance patrimoniale de cet arbre, ni la représentativité d’une association qui par le nombre d’adhérents, est la première association environnementale du département n’ont paru justifier une réponse.  Dès lors qu’on se permet d’émettre des objections, on est à Aulnay persona non grata. C’est la conception de la démocratie qu’ont nos élus.

Mais à notre communiqué du 4 septembre sur l’enquête publique ouverte pour l’implantation de l’usine CHIMIREC, oh surprise ! nous avons eu le 12 septembre, dans des délais étonnamment courts, une réponse via MonAulnay, sous forme de demande de publication de droit de réponse, avec rappel amical de la loi.  De tout cœur, merci à Monaulnay d’exister.

Mais ne rêvons pas. Le nom de notre association est trop urticant pour figurer dans un tel texte. Et ne nous faisons pas davantage d’illusions sur la teneur de la réponse.

Que demandions-nous dans le texte auquel est demandé un droit de réponse? Une réponse, justement à deux questions :

Pourquoi une usine SEVESO à Dugny ne l’est-elle plus à Aulnay ?

Le projet VAL FRANCILIA, des milliers de logements

à proximité de cette usine (et sur le parc Ballanger ) est-il toujours envisagé ?

Sur ces deux points, aucun éclaircissement.

Mais comme nous avions pointé le caractère minimaliste de l’information sur ce sujet  dans Oxygène, et en particulier le manque de précision sur le lancement de l’enquête publique, le courrier municipal tient à nous informer que l’automne commence le 21 septembre. Nous sommes heureux de l’apprendre. Voilà de la pédagogie. Sauf que les avis divergent. Sur notre agenda, l’automne, c’est le 22.

Nous continuons à regretter qu’Oxygène n’ait pas eu l’idée d’inviter les lecteurs à consulter régulièrement le site de la mairie pour avoir toutes les précisions sur le lancement de l’enquête publique et sur la possibilité de donner son avis. Il est vrai que la consultation de ce site est souvent si décevante que l’on se décourage facilement d’y avoir recours. Par exemple, aucun plan de Val Francilia n’y a jamais figuré. Pour Chimirec, en ce lendemain d’ouverture de l’enquête publique, il faut bien chercher encore le chemin pour parvenir au lien promis par le courrier du Maire, quand MonAulnay l’a déjà fourni à deux reprises.

Et pourtant, l’implantation d’une usine traitant des produits dangereux, dans une ville qui a connu déjà les méfaits d’une usine d’amiante, mérite un vrai débat. Et surtout une vraie pédagogie. Une conception vraiment démocratique de la gestion d’une ville passe par le respect des inquiétudes légitimes des citoyens. 

Demander un droit de réponse, c’est bien. Observer le devoir de réponse, c’est mieux !

Actions, ValFrancilia/Ballanger

Lettre à la société FIFTY [& Réponse le 10.09.2020]

SAS « FIFTY »
                        Monsieur Stéphen BRIENT

                                                                                               13 rue du Docteur Lancereaux

                                                                                               75008 Paris 8°

Aulnay,  le 08 Septembre 2020

Monsieur,

Afin de pouvoir nous positionner en toute connaissance de cause, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous faire parvenir les informations relatives à vos projets d’installation Boulevard André Citroën à Aulnay-sous-Bois :

  • bâtiments
  • surface
  • effectifs
  • nature des produits qui transiteront
  • capacité, poids et nombre de camions prévus par jour
  • etc.

Dans l’attente de vous lire, Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.     

Pour le bureau de l’association,

Le secrétaire général

Robert Halifax

Lire la suite « Lettre à la société FIFTY [& Réponse le 10.09.2020] »
Actions, ValFrancilia/Ballanger

Lettre à la société CHIMIREC [& Réponse 11.09.2020]

Société CHIMIREC
                       Madame Valérie TAUZELLY

                                                                                               Directrice QSE

                                                                                               5 rue de l’Extension

                                                                                               93440 Dugny

 
Aulnay,  le 08 Septembre 2020

Madame,

Afin de pouvoir nous positionner en toute connaissance de cause, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous faire parvenir les informations relatives à vos projets d’installation Boulevard André Citroën à Aulnay-sous-Bois :

  • bâtiments
  • surface
  • effectifs
  • nature des produits qui transiteront
  • capacité, poids et nombre de camions prévus par jour
  • etc.

Dans l’attente de vous lire, Veuillez agréer, Madame, nos salutations distinguées.     

Pour le bureau de l’association,

Le secrétaire général

Robert Halifax

Lire la suite « Lettre à la société CHIMIREC [& Réponse 11.09.2020] »
Compte-rendus

Petit bilan du forum des associations de 2020

Petit compte-rendu de notre participation au forum des associations, ou comme nous l’a fait remarquer gentiment notre Maire, lors de son passage à notre table, nous étions très bien placés.

Cela nous a permis des échanges fructueux avec nombre d’Aulnaysiens. Le thème du jour était bien sûr l’implantation de l’usine Chimirec – Fifty dont beaucoup ignoraient l’arrivée.

Nous retenons cette remarque d’une jeune femme :

  • –          « A peine débarrassés d’une usine poison, (sous-entendu l’usine d’amiante) qui a fait tant de mal à la génération précédente, on se dépêche d’en réimplanter une autre pour la génération suivante. »

Nous pouvons donc dire qu’avec tous ces échanges à notre stand ce fut un forum fructueux en informations.

Même pour nous, qui avons appris que le parc Ballanger était EBC « Espace Boisé Classé », c’est-à-dire inconstructible, une base de protection sérieuse que nous ne connaissions pas. Alors pourquoi l’avoir partiellement inclus dans les constructions de Val Francilia ?

Nous espérons que tous ces visiteurs de tous les coins d’Aulnay vont venir gonfler nos rangs, car il y a du travail à abattre dans l’environnement de notre Ville.

ValFrancilia/Ballanger

UNE USINE DE PRODUITS HAUTEMENT INFLAMMABLES BIENTÔT À AULNAY

L’image que vous ne verrez jamais sur Oxygène :

l’usine Chimirec de Dugny classée SEVESO et qui, réimplantée à Aulnay ne sera plus classée SEVESO

« D’après l’étude d’impact, l’installation est destinée à traiter des « déchets conditionnés (acides, bases, emballages souillés, batteries, déchets inflammables, etc.) et des déchets en vrac (huiles usagées, solvants pétroliers, eaux souillées, filtres à huile usagés, déchets pâteux, etc.) », en provenance d’entreprises, d’artisans et de déchetteries.

LA CAPACITÉ DE STOCKAGE DE  DÉCHETS DANGEREUX ENVISAGÉE EST DE 2 217,5 T

LA CAPACITÉ DE TRAITEMENT DE 150 T/J. 

Et combien de camions de transport par jour ?

Les informations que vous n’avez pas lues sur Oxygène

 L’enquête publique sera ouverte

du lundi 14 septembre au mercredi 14 octobre 2020 inclus

Pour consulter l’enquête publiquehttp://fifty-chimirec-aulnaysousbois.enquetepublique.net
Pour formuler des observationshttp://fifty-chimirec-aulnaysousbois.enquetepublique.net
via l’adresse mailfifty-chimirec-aulnaysousbois@enquetepublique.net
par courrielpref-enquetes-publiques-environnement@seine-saint-denis.gouv.fr
Pour rencontrer un membre de la commission d’enquêteMairie d’Aulnay-sous-Bois Centre administratif Direction de l’urbanisme Mardi 15 septembre 2020 de 13h30 à 16h30 Mercredi 30 septembre 2020 de 9h00 à 12h00 Mercredi 14 octobre 2020 de 8h30 à 11h30

Donnez votre avis et demandez :

Pourquoi une usine SEVESO à Dugny ne l’est-elle plus à Aulnay ?

Le projet VAL FRANCILIA, des milliers de logements à proximité de cette usine (et sur le parc Ballanger ) est-il toujours envisagé ?

LA MUNICIPALITÉ DOIT RÉPONDRE !

Etudes

Information sur les Travaux

Information fourni par la Police Municipale d’Aulnay-sous-Bois

A notre demande

L’arrêté municipal de la ville d’Aulnay-sous-Bois 119/2005, titre II, article II.4 qui réglemente les activités de travaux, bricolage et jardinage, sauf dérogation municipale ou préfectorale stipule que les horaires sont :

  • Les jours ouvrables de 08h00 à 12h00  et de 13h30 à 19h30
  • Les samedis de 09h00 à 12h00 et de 15h00 à19h00
  • Les dimanches et jours fériés de 10h00 à 12h00

En dehors de ces plages horaires, les auteurs de nuisances générées par des activités de travaux, bricolage et jardinage sont verbalisables par les forces de Police (Nationale et Municipale)

                                      Fait à Aulnay le 20 Aout  2020

                             

        Association régie par la loi de 1901 

         Déclarée sous le N° W932001007

        Email : aulnay.environnement@gmail.com

Nouvelles Constructions

PCAET Une adhérente nous écrit

Suite à, nos propositions sur la confidentielle consultation du plan climat air énergie de Paris Terre d’envol, une de nos adhérentes effectue des propositions complémentaires que nous publions volontiers ici suite à son accord.

A la lecture de votre rapport , auquel j’adhère totalement , je me demande si l’on ne pourrait pas proposer que tous les immeubles susceptibles de remplacer les jardins  ne puissent être construits que s’ils intègrent dans leurs plans au moins 20‌ °/° ( ou plus ) de leur surface , horizontale ou verticale , en végétalisation ? ( murs végétalisés , balcons végétalisés , toiture végétalisée ) . Ceci permettrait de regagner un peu de l’oxygène perdu .

D’autre part , est-il nécessaire , pour de stupides raisons esthétiques , de massacrer par des tontes aberrantes et anti-naturelles , comme c’est actuellement le cas ,  les  pauvres oliviers déjà rachitiques de la place Abrioux , qui , sans développement naturel de leur ramure  , vont nécessairement finir par crever d’asphyxie ? Et que penser de leurs contenants métalliques trop étriqués ,  brûlants en été ,  et glaciaux en hiver ? Est-ce là respecter le Vivant ?

Si l’on ne pouvait végétaliser le toit du parking pour des raisons de poids et d’infiltration , pourquoi ne pas avoir tout simplement replanté des arbres dignes de ce nom sur les anciens trottoirs préservés tout autour de la place ?

Cette place , ( d’ ailleurs déjà en réfection à peine terminée ) , est un non-sens : son dallage blanc la rend si brûlante que la plupart des piétons , aveuglés ,  l’évitent et la contournent en été …Ce manque de clairvoyance , avec le réchauffement qui s’annonce , est plus que navrant …

Un audit des riverains me semblerait bien nécessaire…

arbres

Lettre au Maire : Station de lavage de Chanteloup

M. le Maire d’Aulnay-sous bois

M.Bruno Beschizza

Place de l’Hôtel deVille

93600 Aulnay-sous-bois

Objet : Délibération Conseil Municipal Voirie BS46 et 41P du 8 Juillet 2020

Aulnay, le 16 juillet 2020

Monsieur le Maire

Nous sommes fort surpris qu’un terrain dans la zone de Chanteloup actuellement boisé puisse devenir une station de lavage. Développer des zones de fraîcheur, des endroits de détente pour les riverains et les travailleurs est plus compatible avec les problèmes de réchauffement climatique.

Une station de lavage dans la rue Isaac Newton risque de bloquer l’accès à la fourrière et augmentera le nombre de voitures et l’utilisation d’eau.

Il faudrait étudier une zone de stationnement et de passage de la Police Municipale dans la rue Isaac Newton et la rue Joliot Curie afin de faire respecter cet endroit.   

Nous restons à votre disposition pour une concertation avec les habitants sur cet aménagement. 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments respectueux et notre entier  dévouement  à notre ville.

Pour le bureau,

Le Secrétaire Général, Robert Halifax

Etudes

L’avis d’Aulnay Environnement sur le plan Climat-Air-Energie Territorial de Paris Terres d’Envol

1/ L’information

Le Rapport de diagnostic et évaluation environnementale indique : «  Dans un souci de concertation le plus large possible, Paris Terres d’Envol a mis à disposition des habitants et acteurs du territoire un questionnaire d’enquête en ligne sur son site internet. (…). En tout, ce sont 111 personnes qui ont répondu à ce questionnaire (p228). » Chiffre donné sans honte, sur 357 568 habitants ! N’y a-t-il pas là un problème ? Quels relais ont été mobilisés pour donner du sens à cette concertation ? Aucun à Aulnay-sous-bois, en tous cas. On voit dès l’abord le travers de la technostructure administrative et de ses textes : loin, très loin des habitants.  

Donner un avis sur des documents rassemblant autour de 400 pages n’est pas chose facile. Sur les 4 axes d’action du PCAET de Terres d’Envol :

  • développer des transports sobres en énergie (dont le vélo)
  • améliorer l’efficacité énergétique du bâti existant
  • encourager une consommation alimentaire responsable et la réduction des déchets

nous avons choisi de nous exprimer sur le dernier qui nous préoccupe spécialement :

  • Préserver les fonctions de captation du carbone et s’adapter aux risques naturels. En d’autres termes, la préservation du couvert végétal, végétation d’alignement, parcs publics et jardins privés

2/ La préservation des fonctions de captation du carbone (action 19, p25 du Plan d’actions)

Ses Objectifs :

* la limitation de l’effet d’îlot de chaleur urbain critique en période estivale par végétalisation de zones actuellement artificialisées.

 * l’amélioration de la qualité de l’air local par fixation des polluants atmosphériques.

 * l’amélioration du potentiel mellifère et de la variété pollinique des espaces végétaux en milieu urbain.

 * la limitation du réchauffement climatique par création de puits carbone.

 * l’amélioration de la qualité paysagère des centre -villes et des espaces publics urbains.

Descriptif :

* Le renforcement des outils règlementaires (PLU/ PLUI) pour :

– préserver, créer ou récréer la biodiversité : réintroduire la nature en ville (coefficient biotope à la parcelle ou espèces végétalisées en pleine terre, renaturation des espaces en friches ).

– intégrer les prescriptions du SDAGE qui limitent la perméabilisation des sols ou encouragent la désimperméabilisation .

Indicateurs de suivi :

(1) Ratio surfaces bâti / imperméabilisé / végétalisée

(2) Caractérisation de la richesse spécifique

(3) caractérisation de l’abondance des espèces

(4) nombre de personnes sensibilisées

On ne peut qu’approuver. La grande question est : qu’en sera-t-il sur le terrain, à l’échelle des habitants ? À l’échelon communal, les indicateurs globaux ont-ils un sens, lorsque le territoire d’une ville comme Aulnay-sous bois s’étend sur deux des grands parcs du territoire, avec nombre de petits parcs, de sorte que l’on peut afficher un ratio de 17m2 d’espace verts par habitant. Mais concrètement, lorsque les principaux parcs se trouvent au nord de la ville, à 6 km des quartiers sud, quel usage quotidien pour le  piéton de ces quartiers ? Quel rapport avec ses trajets journaliers jusqu’à la gare ?

La réflexion  doit donc se faire au niveau vécu par les habitants,  celui du quartier, voire de l’îlot. C’est à ce niveau que doivent être calculés les indicateurs, en particulier le ratio surfaces bâti / imperméabilisé / végétalisée. Ce ratio ne doit pas être seulement calculé en fonction des espaces végétalisés publics, mais aussi en prenant en compte le domaine privé, celui des jardins de la zone pavillonnaire, si importante à Aulnay (44%), un habitat pavillonnaire qui ne s’arrête pas aux limites du zonage réglementaire, mais qui est également encore très présent dans les zones de centralité.

Or ce que l’on constate, c’est la densification urbaine qui fait disparaître nombre de ces jardins et beaucoup d’arbres survivants de l’ancien couvert forestier. Le respect formel d’une superficie en « pleine terre », lorsqu’elle est constituée par la couverture superficielle d’une dalle recouvrant un parking souterrain sous l’ensemble d’une parcelle constitue un appauvrissement notable du couvert végétal et des grands arbres capteurs majeurs de Co2.

L’objectif de limiter l’effet d’îlot de chaleur urbain est en relation étroite avec ce problème d’échelle. Comment cet objectif est-il pris en compte dans les projets immobiliers et même certains projets d’aménagements municipaux ? Comment les engagements du PCAET vont-ils être traduits dans la réalité et le vécu des habitants ?  

A Aulnay, l’aménagement de la place Abrioux, passant par la disparition de grands tilleuls dispensateurs de larges zones d’ombre  au profit de petits oliviers en pot au maigre feuillage, et la création d’une vaste surface imperméabilisée hautement réfléchissante est un exemple flagrant de l’absence de prise en compte de ce risque, qui sera aggravé par la construction d’un grand immeuble sur le seul côté autrefois occupé par un pavillon avec jardin, créant ainsi un espace entièrement minéralisé, une sorte de cocotte-minute en période de canicule.

Un projet à venir d’un grand programme  immobilier occupant tout un îlot sur la partie ouest de la place de la gare d’Aulnay, sur des parcelles comprenant des jardins et des grands arbres, ou encore les programmes des quartiers nord, le long du boulevard Marc Chagall vont faire disparaître également de nombreux espaces en plaine terre, parfois en friche, sans parler des aménagements liés au réseau du Grand Paris. Un peu partout dans la ville les arbres et les jardins sont appelés à disparaître. 

Quelle action pourrait être prévue pour assurer un compromis entre augmentation nécessaire de l’offre de logements modernes et préservation du patrimoine végétal sur les terrains privés ?

3/ de sérieuses inquiétudes sur l’efficience de ce PCAET sur son axe 4

À lire les avis de la Région et de l’autorité environnementale sur le projet territorial, on ne peut qu’être inquiet.

La Région relève qu’il n’y a pas de descriptif du dispositif de suivi, ni de mention d’un dispositif d’évaluation (p4 de l’avis), ni de suivi de la surface artificialisée (p5), une présentation des moyens qui ne permet pas d’évaluer à ce stage leur adéquation avec les objectifs poursuivis (p6)

L’autorité environnementale va plus loin. Après avoir rappelé en quoi doit consister un PCAET, elle semble considérer que le travail n’est qu’à moitié fait :

La MRAe recommande :

  • de reprendre l’analyse des incidences pour qu’elle justifie que la mise en œuvre du projet de PCAET permettra d’atteindre les objectifs relatifs aux émissions de gaz à effet de serre (…)
  • pour les autres enjeux environnementaux, d’approfondir les analyses en vue d’identifier et caractériser les incidences de la mise en œuvre du projet de PCAET et d’inscrire des mesures ERC (= de compensation) justifiées et adaptées dans le document

Pour l’ensemble des axes, les recommandations sont claires : la copie est à revoir (p16 et 17).