Camélinat, Nos Actions

Discours des Journées du Patrimoine : 16 septembre 2017

Chers Aulnaysiennes, chers Aulnaysiens, chers concitoyens

Il nous a semblé particulièrement pertinent d’organiser cette manifestation à l’occasion des Journées du Patrimoine. Car c’est bien pour le patrimoine que nous sommes mobilisés aujourd’hui, un patrimoine vivant, cette place que nous fréquentons les uns comme moi depuis 10 ou 20 ans, les autres depuis leur enfance. Certains d’entre vous ont fait leurs études dans ce collège, beaucoup sont venus ou viennent encore quotidiennement chez les commerçants de la place, autrefois à la charcuterie, au pressing, à la maison de la presse, ou encore au café. Vous reconnaissez là la liste des commerces disparus. Ne restent aujourd’hui qu’une boulangerie, un restaurant italien (un peu plus loin, un restaurant japonais) un kebab, une épicerie et un chauffagiste. Il est clair que cette place est en train de mourir à petit feu et qu’il est légitime de chercher à y remédier.

Cette place, ce n’est pas seulement des commerces, c’est aussi un décor. Un décor qui a son charme. Certes ce n’est ni la place des Vosges de Paris, ni la place Navone de Rome. Mais c’est chez nous. C’est notre paysage urbain, nous l’aimons, et nous avons de bonnes raison pour cela. S’il lui fallait un label de qualité, nous avons celui du bureau de l’inventaire et de la recherche urbaine du département de Seine-Saint Denis, qui en 2008 a classé la place comme « ensemble urbain d’intérêt patrimonial ». Certes, l’annexe du collège n’est pas vraiment une réussite, mais jusqu’à ce jour, le reste de la place « est resté dans son jus », avec ce collège qui fleure bon sa 3e république, et quelques beaux exemples de l’architecture vernaculaire du tournant du XIXe au XXe siècle, du côté nord de la place. Notons la belle réalisation de la municipalité précédente qui a réhabilité le plus petit de ces immeubles. Et puis, rue Paul Langevin, un bel immeuble « art nouveau » dont le pignon est l’un des plus beaux ornements de la place. Enfin, les tilleuls, diversement épanouis contribuent évidemment à l’agrément de la place, en nous faisant penser à Rimbaud

« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans.

Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade. »

Nul ne contestera qu’avoir laissé cette jolie place devenir un parking  fut regrettable et que vouloir la rendre intégralement aux piétons soit une bonne idée. Mais la bouleverser et abattre les tilleuls pour installer un parking souterrain à deux niveaux est une mauvaise idée.

Une mauvaise idée car tout le monde sait que les parkings souterrains coûtent très cher et sont ensuite sous-utilisés, en particulier à Aulnay, ou le parking de la Grande Nef est toujours à moitié vide, même les jours de marché.

Une mauvaise idée tout particulièrement dans des terrains où la nappe est très proche de la surface : il est clair que le 2e sous-sol de ce parking sera régulièrement inondé, comme tous ceux des immeubles qui en ont été dotés. Il est clair que cette nappe, en partie détournée par un énorme cuvelage, se déversera dans le sous-sol des constructions voisines et affectera les fondations, pour autant que ces immeubles en aient. A terme, c’est tout le quartier qui sera affecté : nous avons affaire à des apprentis-sorciers.

Une mauvaise idée encore car ce projet implique la disparition des tilleuls.

Une mauvaise idée enfin parce que le premier nom de cette place était « Place des écoles ». Des années durant, près de 1200 élèves ont parcouru la place. Ils sont moins aujourd’hui, mais d’ici 2 ou 3 ans, l’annexe Barrault accueillera une école primaire et peut-être une maternelle : ce sera près d’un millier d’enfants qui se répandront ici aux heures de sortie. Et au milieu de ce flux, on va créer une descente de parking ! Comment peut-on fermer les yeux sur cette aberration ?

On a l’habitude de dénoncer un gouvernement des technocrates qui prennent des décisions sans aucune connaissance des réalités du terrain. Mais quel aveuglement faut-il pour ignorer la réalité, quand on l’a sous les yeux ?

En vérité, c’est la façon de gouverner la commune qui ne va pas. On nous avait promis « une Aulnay respectueuse ». Où est le respect, quand on fait le choix d’un urbanisme brutal, où jamais les riverains et les usagers de la place n’ont étés consultés, où lorsqu’enfin le sujet est évoqué en réunion de quartier, les adjoints au Maire tournent en ridicule un projet alternatif, où l’on se permet de dire d’un contradicteur : « ce monsieur fait son cirque » ? Où est le respect du citoyen dans ces réunions qui ne sont que des sortes de conférences de presse, où l’on ne fait qu’informer de ce qui a été décidé ? Où est le respect du patrimoine arboré et du paysage urbain ?

Enfin, où est le respect d’un légateur qui donne son terrain à la commune, pour un usage scolaire et sportif ? Où est le respect lorsqu’on promet ce terrain à un promoteur qui n’a cure de l’urbanisme, qui ne vise qu’à maximiser son profit en exploitant le terrain au maximum et en construisant le plus haut possible, au passage grâce à une municipalité qui vote un nouveau PLU permettant de construire ici des immeubles d’un étage de plus qu’auparavant.

Où est le respect du commerce, lorsqu’on ferme les yeux sur la disparition du café ? En vérité, c’est le dépérissement programmé du commerce qui est en route. Déjà la boulangerie connaît une perte de chiffre d’affaire, car les anciens clients du café vont ailleurs. Et qu’en sera-t-il lorsque les travaux auront commencé ? Qui aura envie de venir chercher son pain au milieu des machines et des camions, dans le bruit des pelleteuses et des marteau-piqueur ? Et l’on prétend vouloir faire revivre le commerce ? Mais ce petit commerce, il est bien plus facile de le tuer que de le faire revivre ! Cela ne se décrète pas par un arrêté municipal.

Et qu’en est-il du respect du confort de vie des riverains, lorsqu’on lance ce chantier en même temps que les travaux d’assainissement certes nécessaires rue Jean-Jacques Rousseau, à deux pas de la place, et qui vont durer un an ? Quel enfer va devenir la circulation dans le quartier ! Et lorsque l’on croira enfin pouvoir respirer, ce sera la construction de l’immeuble « Trevi » qui commencera ! Puis celui de son jumeau, sur le terrain qui aurait dû être consacré à l’amélioration des locaux du collège, en particulier de la cantine en sous-sol. Et qui en hiver privera la place de soleil.

Et croit-on que les propriétaires des véhicules qui encombrent la place, dont certains sont des « voitures-ventouses » utiliseront tous un parking payant, habitués qu’ils sont à la gratuité sur la place ? Croit-on que le personnel féminin de l’hôpital aura envie de s’aventurer dans un sous-sol aux heures tardives qu’impose parfois leur planning ? Ce sera encore plus de voitures sur les trottoirs, encore moins de place pour les piétons, et encore plus de dangerosité.

Ce quartier vit sur des équilibres précaires. Il fallait du doigté, de la prudence pour agir sur ce paysage urbain. Certes, il peut changer, car il faut bien de nouveaux logements. Selon le diagnostic délivré par un organisme indépendant, la ville perd des habitants des catégories à revenu moyen. C’est pour eux qu’il faut construire, et pas seulement le long de la rue Jules Princet, dont nul n’ignore qu’il s’agit d’un axe de circulation intense. Ces ménages ont aussi le droit de choisir le sud. Or ce qui va se faire ici, c’est du logement pour les hauts revenus. Et pour lesquels une seule place de parking est prévue ! Et où mettront-ils leur deuxième voiture, je vous le demande ? Où viendront se garer leurs amis et invités ? En vérité, c’est pour cette clientèle-là qu’est construit ce parking, pour offrir un argument de plus au promoteur !

C’est tout un projet de ségrégation sociale qui est en route : au nord les pauvres, au centre les revenus moyens, au sud les riches, bien plus riches que nous ne le sommes aujourd’hui!

On comprend ainsi pourquoi on refuse absolument d’étudier une autre possibilité de rendre la place aux piétons. Certes, on ne savait pas, lorsque le projet de parking souterrain a été lancé, peu après les élections, que le terrain de la perception serait libéré, que la possibilité d’un parking en silo, à 3 niveaux permettrait de remplacer avantageusement les 42 places du parking actuel. Mais saisir cette opportunité bien mois coûteuse, faire preuve de souplesse intellectuelle et changer de cap, cela ne peut pas être envisagé par nos dirigeants ! Sont-ils psychorigides ou aveuglés par l’ivresse du pouvoir ? Ou la raison est-elle ailleurs ?

En vérité, je pense qu’ils n’ont jamais aimé ce que nous aimons, ce paysage fait d’un subtil mélange entre maisons individuelles et immeubles collectifs, où les jardins des premiers apportent la lumière qu’occultent les seconds. C’est cela Aulnay, c’est cela que les promoteurs vendent à leurs clients.

Avant de tout transformer en couloirs étroits et sombres entre deux parois de béton.

Au fait, qui avait fait campagne contre le bétonnage ?

En attendant, admirons nos tilleuls. C’est leur dernier automne.