ValFrancilia/Ballanger

Monsieur le Maire, levez les ambiguïtés sur le parc Val Francilia!

L’éditorial du numéro d’Oxygène du mois de juin dans lequel il est longuement question des parcs et espaces verts,  laisse perplexe.

D’abord, on n’y trouve aucune mention de la concertation sur Val Francilia lancée depuis le mois d’avril auprès des Aulnaysiens, sur un projet qui impacte le parc Ballanger. Même si l’on peut imaginer que les délais d’impression ne permettaient pas de donner la synthèse de cette concertation présentée le 23 mai, il est étonnant que cette procédure annoncée comme la manifestation d’une volonté de démocratie participative soit ainsi passée sous silence.

Cette synthèse, réalisée avec honnêteté par l’organisatrice de la concertation pourtant membre du cabinet qui a élaboré le projet, indiquait sans ambiguïté que les participants refusaient toute modification du parc Ballanger, en particulier rejetaient le projet de construire sur 5 hectares du parc paysager !

Mais, à la ligne 25 de l’éditorial, on relève cette mention : « les premiers projets des aménageurs ». En bonne logique, cela veut dire qu’il devrait y avoir une deuxième version du projet Val Francilia, dont on veut croire qu’elle sera faite de sorte à prendre en compte les résultats de la concertation.

On peut donc penser que cette deuxième version respectera la spécificité du parc Ballanger, un lieu entouré de vallonnements qui masquent entièrement toute construction, ce qu’apprécient avant tout les promeneurs. Cette particularité est évidemment en complète contradiction avec l’argument des promoteurs du premier projet : « près de 3km de façade sur parc » ! Il est donc temps de considérer qu’il n’y a pas agrandissement du parc Ballanger mais création d’un deuxième parc, Val Francilia, aux caractéristiques bien différentes.  

Que les aménageurs (le cabinet Richez) mandatés par la municipalité n’aient pas compris d’emblée qu’il fallait respecter l’intégrité du parc Ballanger est en soi surprenant. Ils l’auraient sans doute mieux compris si une véritable concertation avec les habitants avait été organisée dès le départ de la réflexion.

C’est pourquoi nous envoyons au Maire une courrier pour lui demander d’organiser dès que possible un ou plusieurs groupes de travail réunissant sans exclusive les élus, les professionnels, les associations et les citoyens qui se sont déjà impliqués en s’inscrivant aux ateliers, ou qui souhaitent les rejoindre, sans oublier les membres des institutions de la démocratie représentative, comme le Conseil Économique, Social et Environnemental, ou le Comité de Pilotage des Conseils de Quartier.

La discussion pourra porter, entre autres, sur la forme de la communication nécessaire entre les deux parcs. Une telle manifestation de volonté de débat démocratique permettrait d’aborder avec plus de sérénité la période qui s’ouvre. Réunir les gens autour d’une table est un bon moyen d’éviter bien des dérives, et peut être, bien des malentendus.